Connaissez-vous le Dicthographe ?

Le Dicthographe est un dictionnaire qui aide à trouver les mots. Ce journal de bord relate sa progression et les prolongements qu'il suscite.

dimanche 27 décembre 2015

Des centaines d'exercices pour l'école

 Une nouvelle page permet d'accéder directement aux centaines d'exercices du site Gaétan Solo : https://sites.google.com/site/gaetansolo/exercices-pour-l-ecole
Vous pouvez en retrouver une grande partie dans les rubriques du site à cette adresse : https://sites.google.com/site/gaetansolo

samedi 19 décembre 2015

La stratoforteresse linguistique

 Comme c'était tristement prévisible (lire : Le Petit Larousse invente-t-il des mots ?), un raisonneur (il est difficile de les dénombrer du fait de l'uniformité de leur logorrhée) a critiqué avec des termes qui ne peuvent être blessants tant ils sont éculés ["de louables intentions"] l'insertion de la graphie stratoforteresse dans le Dictho. Je devine le prof qui, au premier jour de vacances, ne peut se défouler sur les élèves ou cherche à évacuer son stress, mais plus certainement quelqu'un qui a des comptes à régler avec un prof, les profs, l'enseignement, voire l'humanité...
 Venant de recenser les mots commençant par sub- (huit heures...), je lui ai pourtant indiqué comment utiliser un moteur de recherche et expliqué que le Petit Larousse n'insérait que les mots dont l'usage était établi. Quant à sa critique de l'étymologie, elle n'apporte rien.
 Gallica indique ce mot dans la revue France aviation sous la forme "stratofortress" en 1956, 1959 et 1982, puis Stratoforteresses, sans guillemets, en 1989. Mais la graphie straforteresse figure dans une note du 8 mai 1967 de la Direction des Affaires politiques sur l'évolution militaire du conflit vietnamien, publiée par le ministère des Affaires étrangères.
 Il n'est rien de pire que les certitudes, telle est ma devise. Ne sclérosons pas la langue française.

mercredi 16 décembre 2015

Le Petit Larousse invente-t-il des mots ?

 Intrigué par le mot "stratodyne", les recherches avec le bon vieux moteur de recherche Google [quand aura-t-il enfin une option de recherche thématique ?] m'ont d'abord indiqué "ballon utilisé pour analyser la stratosphère", puis amené sur ce qui semble être une marque de saxophone (dans le doute, je m'abstiens), et sur le Morane Stratodyne, un engin semble-t-il fictif pour les fans de modélisme. Nonobstant mon aversion avérée pour les forums, je laissai un message sur le leur, demandant si ce terme avait un rapport avec une étendue, une couche, la stratosphère, ou, ce qui est rare, avec l'armée (stratocratie, stratographie). Je soulignai également la similitude avec une stratoforteresse. Ce message obtint une réponse rapide et intéressante : il convient de corriger car il s'agit de statodyne. D'où mes remerciements pour ce mot que je me suis fait un plaisir d'ajouter au Dictho.
 Mais des reproches suivirent : statodyne n'est pas un nom commun et stratofortress est une des catégories de bombardiers, cette marque américaine ne devant pas être francisée. Je répondis que le Dictho qui contient deux à trois fois plus de mots qu'un dictionnaire usuel ne se limite donc pas aux noms communs, et que le mot stratoforteresse figure de longue date dans le Petit Larousse.
 Que n'avais-je écrit ! Un aficionado de ce loisir recopia la liste des variantes de ce bombardier qui ne doivent pas être francisées (mot qu'il écrivit avec une cédille), l'autre s'indigna : "Depuis quand le Petit Larousse invente-t-il des mots ? Indiquez les références de l'édition !" À croire qu'il ne sait pas utiliser un moteur de recherche.
 Sachant qu'il est inutile de poursuivre ce type de "dialogue" dans un forum car cela conduit inévitablement à l'agressivité ou/et à l'acharnement d'un raisonneur, je décidai de finir cette section du dictionnaire qui aide à trouver les mots. D'ailleurs,  ce sujet du forum a été purement et simplement supprimé.
 Et pourtant, j'eusse apprécié d'échanger sereinement sur ce sujet. Bien sûr qu'un dictionnaire n'invente pas les mots, il les choisit suivant des critères parfois discutables et surtout trop limitatifs. J'aurais pu dire mon regret de la distribution de dictionnaires aux écoliers, généralement futurs collégiens, préférant que chaque classe dispose d'ouvrages différents, gage d'une démarche nettement plus enrichissante.
 Il est heureux et souhaitable qu'un maximum de mots soient francisés, signe de la vitalité de la langue française qui ne semble actuellement due qu'aux apports de la francophonie.
 Comme vous le constaterez, j'ai finalement rattaché la stratoforteresse au préfixe strato- signifiant armée, me basant que une réminiscence (erronée ?).
 Voilà, je reprends mon travail de bénédictin pour démontrer qu'un dictionnaire peut aider à trouver un maximum de mots.


mardi 1 décembre 2015

Respectons les monstres.

 Le dictionnaire de l'Académie de médecine qui est une référence incontestée révèle que chaque fœtus et enfant atteint d'une anomalie physique est désigné par le mot monstre comme vous pouvez en avoir un aperçu à cette page : http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=monstre
 Quand j'ai commencé le Dictho, je croyais qu'il s'agissait de mythologie...
 Voici les définitions que j'ai retenues pour un monstre (= un être vivant présentant une importante malformation ; un animal ou un humain qui provoque la répulsion ou suscite la crainte ; celui qui surprend par sa singularité ; une créature légendaire, mythique ; une chose qui s'écarte des normes habituelles).
 Pour le Dicthographe, je ne reprends pas cette dénomination dans les cas médicaux. La dénomination adéquate est un être anomal, c'est-à-dire qui s'écarte de la règle, qui est inhabituel, à ne pas confondre avec anormal qui fait référence à une norme.

mercredi 11 novembre 2015

Faut-il accorder national-, social- et radical- ?

 La question se pose pour plusieurs termes liés à la politique : social-chauvin, social-chrétien, social-démocrate, social-impérialiste, social-révolutionnaire, social-traitre,...
 S'il s'agissait de socialo- ou socio-, la réponse serait simple, c'est invariable.
 Pour national-, social- et radical-, c'est variable selon les auteurs et les dictionnaires, on trouve par exemple :
_ social-démocrate, sociaux-démocrates, sociale-démocrate, sociales-démocrates
_ social-démocrate, sociaux-démocrates, social-démocrate, social-démocrates
_ social-démocrate, social-démocrates, social-démocrate, social-démocrates
 Par contre, on écrit la social-démocratie, ce qui a valu des débats récents sur la "sociale démocratie" à la française.
 Alors faut-il accorder ? Il me semble que oui s'il s'agit de personnes. Dans les autres cas, l'accord semble rare : une politique social-démocrate,...

 Réponse de l'Académie française :
        Monsieur,
        Social, comme premier terme d'un composé, est d'abord resté invariable : des social-démocrates. Mais ce pluriel est vieilli et il y a tendance à la normalisation. On écrit aujourd'hui des sociaux-démocrates.
        Social-démocratie est un cas à part car il s'agit  d'une transcription de l'allemand Sozial-demokratie.
        Cordialement,
        Patrick Vannier
 L'Office québécois de la langue française formulait un avis similaire en 2002, ce qui rappelle que les évolutions linguistiques sont généralement lentes... surtout pour la féminisation.

samedi 7 novembre 2015

Homonymes

 Si un mot a plusieurs homonymes, une fiche est ajoutée dans ce site. Ces listes sont donc progressivement remplacées dans le Dictho par des liens afin d'en faciliter la lecture.

Familles de mots

 Afin de simplifier la consultation du Dictho, les familles de mots basées sur l'étymologie sont progressivement rassemblées dans le site de vocabulaire. La liste est consultable à cette adresse.

jeudi 5 novembre 2015

mardi 27 octobre 2015

Qwant

Venant de découvrir Qwant où le Dictho est bien référencé, j'ai créé un carnet à cette adresse : https://boards.qwant.com/board/Dictho/le-dictho.

dimanche 27 septembre 2015

Le passage à Windows 10

 La nouvelle version de Windows ne change pas grand chose à l'utilisation basique que j'en fais, d'autant qu'un programme dont le nom m'échappe me permet de garder la même présentation.
 Je ne peux plus connecter mon casque sur la prise verte à l'avant de l'appareil, celle qui est à l'arrière me permet heureusement de retrouver la quiétude indispensable.
 Plus gênant, la souris patine, réagit à retardement : changement de pile, de port USB,... Finalement, dans les paramètres (confidentialité), j'ai décoché la case "envoyer à Microsoft des informations sur mon écriture pour favoriser l'optimisation à venir de la frappe et de l'écriture", ce qui de toute façon me laisse dubitatif.

mardi 15 septembre 2015

Roma, romain, roman, romand, romanche


 Si romain fait évidemment penser à la Rome antique ou moderne (après la chute de l'Empire), il qualifie aussi ce qui concerne l'Église catholique (apostolique romaine).
 Le mot roman est dérivé du latin médiéval romanice, signifiant « en langue vulgaire », dérivé de romanus « Romain » qui avait pris dans la Loi Salique le sens de Gallo-roman par opposition à Franc Salien.
 Le roman a désigné dès la fin du 16ème siècle l'ancienne langue gallo-romane, tandis que le français désignait la langue contemporaine.
 Un roman était au Moyen Âge un long récit écrit en roman ou en ancien français, contant les aventures fabuleuses, galantes ou grotesques de héros mythiques, idéalisés ou caricaturés
 L'art roman, qui s'est répandu en Europe occidentale aux 11ème et 12ème siècles, rappelle l'architecture romaine mélangée d'influences byzantines et arabes.
 La romance vient de l'espagnol romance, à l'origine « roman de chevalerie, en vers ou en prose », probablement emprunté à romanz « œuvre narrative en langue vulgaire », c'est-à-dire un roman.
 Le romand, la variété de français parlée en Suisse occidentale, vient de roman avec la terminaison du mot allemand.
 Le romanche, la langue romane parlée dans les Grisons, en Suisse orientale, vient du latin médiéval romanice, comme un roman.

 Certains mots ont ainsi des sens fort différents. Un ou une romaniste peut être un(e) juriste spécialisé(e) dans le droit romain ; un(e) peintre flamand(e) influencé(e) par la Renaissance italienne et qui prônait à son retour l'imitation des maitres italiens ; un(e) partisan(e) de l'Église romaine, du rite romain ; une personne qui se spécialise dans les langues romanes ; une personne qui parle ou étudie les différents dialectes du midi de la France. Ce mot a même été utilisé pour désigner une personne qui écrit des romans...

dimanche 6 septembre 2015

Reviser ou réviser ?

 Il y a eu de nombreuses hésitations entre é et e pour la syllabe protonique (celle qui est devant la syllabe accentuée, c'est-à-dire qui est dite avec plus d'intensité).
 Aujourd'hui. le plus souvent [ə] est considéré comme vieilli et [e] l'emporte (révisable, réviser, réviseur, révisible, révision,... au lieu de revisable, reviser, reviseur, revisible, revision,...). Cependant pour certains mots c'est l'inverse : dehors, degré et non plus déhors, dégré, etc. CNRTL
 À noter que céler qui est devenu celer, se prononce souvent comme à l'origine (recéler mais déceler), voir : celer, céler / sceller / seller.
 Ces hésitations perdurent pour d'autres mots, par exemple : reviviscence ou réviviscence.

samedi 5 septembre 2015

La faute d'Europe 1

 4 septembre : Quand Europe 1 réalise un publireportage sur "l'ouvrage référence de la langue française", ce qui est évidemment présomptueux et inexact, le dictionnaire n'étant qu'un outil parmi d'autres, peu performant pour l'école primaire, mon commentaire signalant que le Dictho permet une approche différente est supprimé.
 Ils pourraient au moins corriger la faute dans cet article puisqu'ils proclament connaitre la quintessence de la langue française !
 6 septembre : Le commentaire est affiché. Reste la faute...

mardi 1 septembre 2015

Les fautes du magazine GEO, septembre 2015

 Une rectification orthographique de 1990 est prise en compte dans la publicité page 2 (boitiers).
 Page 26, je déplore de lire "une reporter" au lieu d'une reportrice (lire : Reporteuse, reporteure ou reportrice ?), alors que  page 138, j'apprécie "un globe-trotteur".
 Page 42, la faute "des milliers de plans de café" permet de rappeler qu'un plan (une représentation, un dessin schématique) est dérivé de planter, le "t" final ayant disparu par influence de plan, plane.
 Dans une publicité, page 141, le nom roche ne doit pas être écrit au pluriel pour les coqs de roche.
 Donc, une qualité orthographique satisfaisante en harmonie avec la richesse du contenu de cette revue. Reste la question des majuscules non accentuées dans le corps des articles.

dimanche 30 août 2015

Resaler ou ressaler ? Resortir ou ressortir ?

 Devant un mot commençant par s, la logique veut que l'on écrive re- et c'était ainsi au 16ème siècle. Mais la "règle" qui veut que l'on écrive "ss" entre deux voyelles pour obtenir le son [s] s'est imposée : ressaisir, ressasser, ressembler, ressentir, resserrer, ressortir,... Cependant l'observation des graphies dans les textes contemporains et les créations récentes montrent que l'usage vivant est l'absence de redoublement. CNRTL

 Voir l'étude détaillée de cette règle : Mots et sons, études grapho-phonétiques.
 Ainsi, on constate deux graphies pour plusieurs verbes. À découvrir dans le Dictho.

jeudi 27 août 2015

Reporteuse, reporteure ou reportrice ?

 L’appellation "reporteuse" est utilisée dans le domaine de l’imprimerie. L’appellation "reportrice" est utilisée dans le domaine journalistique. La forme reportrice est le féminin de reporteur, forme francisée et recommandée de l’emprunt à l’anglais reporter. Office québécois de la langue française

 Le mot anglais reporter « celui qui fait un rapport, un récit » d'où « celui qui recueille des informations pour les publier dans un journal, un journaliste » est issu de l'ancien français reporteur « rapporteur ». CNRTL

 Le gouvernement du Québec est pris en flagrant délit de féminins mélioratifs avec "reporteure" (appellations d'emploi pour les journalistes).

Répliquer et se répliquer : le point de vue de l'Académie française

  Le verbe se répliquer est généralement expliqué par "subir une réplication" (pour une molécule ADN), ce qui ne nous avance guère, ou "se reproduire", ce qui me semble imprécis. J'opterais pour "se copier soi-même". Quel est votre avis ? Peut-on formellement le rattacher à répliquer ? Ou directement à pli ?
 Avec mes remerciements.

  Cher Monsieur,
  La réplication de la molécule d'A.D.N. fait intervenir de nombreux acteurs moléculaires. L'A.D.N. ne se copie pas lui-même ; ce sont les polymérases, aidées d'amorces, de ligases, d'hélicases... qui effectuent cette copie. Dans l'état actuel des connaissances, les seuls acides nucléiques pourvus d'une activité catalytique, et donc potentiellement capables de copier une molécule, sont les ribozymes. La phrase "l'A.D.N. se réplique en phase S" est donc employée comme un raccourci, mais il serait plus juste d'écrire "Les polymérases répliquent l'A.D.N. en phase S".
  La définition "subir une réplication" se place du point de vue du brin matrice. On trouve également la glose "produire par réplication", qui met l'accent sur le résultat. Dans les deux cas, il faut se reporter à l'article Réplication, "produire une copie d'un brin d'A.D.N. ou d'A.R.N.", et aux dictionnaires spécialisés pour connaître les détails.
  Ce sens technique de répliquer vient de l’anglais scientifique to replicate dont l’étymologie est similaire à celle du verbe français : plier en arrière, puis répondre à un argument.  Plier n’est plus vraiment compris dans ce sens aujourd’hui. L’une des significations actuelles de Réplique est « l’action de reproduire, de redoubler, de reprendre à l’identique » et par métonymie, le résultat de cette action. Il apparaît dans la 4ème édition du dictionnaire de l’Académie française (1792), en musique : « signifie répétition, et se dit des octaves, parce qu’elles sont regardées comme n’étant proprement que la répétition du son dont elles sont les octaves. » On peut imaginer qu’il s’agit là de l’articulation entre la réplique, de théâtre par exemple (réponse), et celle de la peinture (copie), qui mena bien plus tard à la copie ou réplique de la molécule d’A.D.N.
  Cordialement
  M.A.
  Service du dictionnaire de l’Académie française

mercredi 26 août 2015

Les fautes de Ça m'intéresse Histoire

 Voici mes observations concernant le magazine Ça m'intéresse Histoire (septembre, octobre 2015) :
 J'ai relevé deux fautes d'accord : "d'autre font" (page 23), "loué par les poètes et croqués par les peintres, le sexe des femmes" (page 16). À cette même page, une curieuse expression "Rapté parfois lorsqu'il se refuse", le verbe rapter étant parfois utilisé au sens de kidnapper, peut-être pour éviter la référence au chevreau, c'est-à-dire l'enfant (kid).
 J'ai aussi remarqué "sans délais" (page 16). Le pluriel ne se justifiant pas, j'y vois une nouvelle influence de la graphie irrégulière "relais" (lire : Un relai ou un relais ?).
 Donc, peu de fautes par rapport à la densité textuelle, la lecture s'étant révélée agréable et intéressante.

mardi 18 août 2015

Un relai ou un relais ?

 Il est évident, comme l'Académie française l'a recommandé en 1990, qu'il convient d'écrire un relai quand cela correspond au verbe relayer, comme un balai (balayer), un déblai (déblayer), un délai (délayer), un essai (essayer), un étai (étayer), un frai (frayer), gai (égayer), un remblai (remblayer).
 Alors pourquoi cette graphie s'est-elle tellement répandue que l'on voit de plus en plus souvent, par influence, un "déblais", un "délais", un "remblais" et même un "balais" (les correcteurs automatiques étant généralement inefficaces pour les accords) ?
 Le mot relais correspond au verbe se relaisser qui signifie s'arrêter, prendre séjour, et pour un animal poursuivi et épuisé, s'arrêter, se tapir dans les broussailles. On écrit donc un relais pour un vide qu'on laisse dans les ouvrages de tapisserie, lorsque, au cours du travail, on change de couleur ou de figure, ou un terrain abandonné par les eaux courantes ou par la mer.
 Nonobstant l'incrustation durable de cette confusion, il n'y a aucune difficulté à écrire un relai pour une harde de chiens placés en réserve sur les voies habituelles de refuite des animaux, des chevaux sur une route de poste pour remplacer les chevaux fatigués, la distance à parcourir avant de procéder à ces remplacements, le lieu où l'on procède à ces remplacements, une auberge, un hôtel où l'on s'arrête pour couper un long parcours et se remettre des fatigues d'un voyage. Ainsi que pour le sport et le travail réalisés par une succession de participants.
 L'orthographe relai facilite la compréhension même si l'origine du verbe relayer a peut-être un rapport avec laisser.
 Curieusement, ces définitions sont regroupées à l'orthographe relais (1?) dans le dictionnaire Littré, lequel avait pourtant distingué un relai, la seconde eau que le saunier fait passer sur les sables chargés de sel, et un titre de relai pour donner l'apparence d'une édition nouvelle à une simple émission nouvelle d'un tirage antérieur.

mercredi 12 août 2015

Les refondateurs sont des baratineurs.

 Un peu moins souvent que le mot chaos, on entend à longueur de journée la nécessité de refonder tel parti, l'école, telle institution,... Et chaque verbeux se proclame refondateur, ce qui ne veut rien dire. Comment peut-on sérieusement prétendre re-fonder, fonder à nouveau ?
 Il s'agit évidemment de refondre, de modifier des statuts, un fonctionnement, un ensemble, de remanier, transformer entièrement.
 Donc, c'est bien plus une affaire de fondements plus que de fondations.

lundi 10 août 2015

Le mot du Dictho : râble

 Le mot râble a de nombreuses significations dont les dernières sont dans le registre familier : certains râbles étant munis de dents fixées dans la barre comme les côtes sont fixées sur la colonne vertébrale.

    * A. un râble (= un instrument de fer à long manche de bois qui sert aux boulangers pour remuer les tisons, les charbons dans le four et pour en sortir la braise)
    * râbler (1) (= remuer le feu avec un râble), râbler du plâtre (= en enlever le charbon qui s'y trouve mêlé) [je râble, tu râbles, ils râblent]

    * B. un râble (= un râteau utilisé par l'ouvrier saunier pour extraire le sel de la poêle, en entrainant le minimum de saumure)
    * râbler (2) (= dans les exploitations salines, ramasser avec un outil nommé râble le sel contenu dans la poêle) [je râble, tu râbles, ils râblent]

    * C. un râble (= dans les hauts fourneaux, une sorte de ringard recourbé à son extrémité, avec lequel les ouvriers rapprochent ou divisent les matières, attisent, déplacent ou retirent les combustibles)

    * D. un râble (= une des pièces de bois droites qui traversent les bateaux plats, chalans, pontons carrés, etc. )
    * une râblure (= une entaille faite dans la quille, dans l'étrave ou dans l'étambot et qui sert à implanter les pièces formant le bordé, de manière à avoir une surface lisse et à permettre le calfatage des liaisons)

    * E. un râble (= chez certains quadrupèdes : la partie charnue s'étendant des côtes à la naissance de la queue, particulièrement estimée parce que fournissant les meilleurs morceaux ; les reins, le bas du dos ; le derrière), sur le râble (= sur le dos), sauter, tomber sur le râble de quelqu'un (= lui sauter dessus, l'attaquer, généralement à l'improviste), se mettre quelqu'un sur le râble (= se faire un ennemi)
    * elle est râblée, il est râblé (= pour un animal quadrupède : a le râble épais et court ; pour une personne : est carrée, trapue et vigoureuse ; pour une partie du corps ; est costaude, large, bien en chair ; pour un animal : est gros, bien en chair ; pour une chose : est épaisse, large)
    * se râbler (= devenir vigoureux, épais) [je me râble, tu te râbles, ils se râblent]
    * elle est râblue, il est râblu (= est râblé(e))
    * un(e) râblu(e) ou un(e) râblé(e) (= une personne carrée, trapue et vigoureuse)
    * une râblure (= le fait d'être carré, costaud)

Le mot du Dictho : pouf

 On écrit pouf ! pour évoquer un choc, la chute d'un corps, faire pouf signifiant produire un bruit sourd ou  tomber, d'où pif ! paf ! pouf ! pour évoquer une succession de coups, comme la grêle, patapouf ou badaboum, patatras, pour exprimer un bruit de chute brutale, faire patapouf, faire un grand bruit, et un patapouf pour un enfant ou un adulte gros et lourd, à la démarche maladroite, ou une personne lourdaude, maladroite. Mais on trouve aussi un usage technique concernant une pierre, un grès, un marbre pouf, c'est-à-dire qui rend un son sourd et se désagrège lorsqu'on le frappe.
 On écrit aussi pouf ! pour évoquer un souffle court et gêné, un rire pouffant (qu'on essaie en vain de contenir), une blague pouffante, un pouffement ou une pouffée, et plus souvent pouffer spécialement dans l'expression pouffer de rire.
 On trouve égalementi pouf ! pour évoquer la soudaineté, la brièveté, d'une action, d'où pouf ! pouf ! pouf ! pour évoquer celui qui inhale la fumée de cigarette.
Un pouf est une dette qui reste impayée, ou une banqueroute, une faillite, faire (un) pouf signifie disparaitre sans payer ses dettes, avec la tentation de partir à pouf, sans payer, pour rien.
 D'autres sens sont moins familiers. Un pouf est une sorte de coussin posé sur le sommet de la tête par dessus lequel on dressait et coiffait les cheveux, un ornement de la chevelure ou d'un chapeau en forme de touffe, un rembourrage sur le bas du dos qui faisait bouffer la jupe, ou un arrangement de tissu formant une masse au bas du dos.
 Un pouf peut aussi être un tabouret bas, généralement cylindrique, capitonné, sans bois apparent, pour une ou plusieurs personnes, ou un gros coussin posé sur le sol.
 Dans le registre vulgaire, probablement avec influence de pouffi « bouffi », une pouffiasse ou poufiasse est une insulte destinée à une prostituée ou une femme grosse, laide, vulgaire.
 Découvrez-en davantage dans le Dictho.

dimanche 9 août 2015

Le mot du Dictho : recrue

 Du verbe se recroire, il nous reste les expressions être recru (recrue au féminin) de fatigue, être épuisé, harassé de fatigue, et être recru de douleur, être brisé, submergé par l'excès de douleur.
 Le participe passé du verbe recroître (qui garde toujours son accent circonflexe) a donné une recrue, une levée d'hommes de guerre pour remplacer les manquants dans un régiment, dans une compagnie, d'où un jeune soldat recruté pour faire son service militaire. Le sens s'est étendu à la vie civile.
 Par contre une recrudescence vient du latin crudus « saignant » !
 Découvrez-en plus dans le Dictho.

samedi 1 août 2015

Les fautes du magazine GEO

 Après le relevé des fautes de Ça m'intéresse Histoire (à lire dans La diaphanéité du Dictho), voici mes remarques concernant le magazine GEO de ce mois.
 La crainte d'être catalogué comme réformiste de l'orthographe conduit à des aberrations "whiskies, ferries" (combien de siècles faut-il pour qu'un mot soit considéré français ?) et surtout "gaîté", un archaïsme qui fut pourtant peu utilisé.
 J'ai acquis la conviction que les journalistes utilisent des machines à écrire, ce qui explique l'absence d'accents sur les majuscules dans le corps des articles. Quant aux titres, ces accents apparaissent au petit bonheur la chance, par exemple, sur la couverture, "Écosse" ("Ecosse" dans les pages intérieures) mais "Etats-Unis".
 Je n'ai pas compris dans une publicité "culturesao" et "festivalsao", même si je suppose un rapport avec le Brésil.
 Un bel usage du subjonctif imparfait est malheureusement précédé d'une faute "Quoiqu'ils fissent, ils étaient les plus rapides." On doit écrire "Quoi qu'ils fissent" et "Quoiqu'ils fussent les plus rapides".
 Pour les accords, si l'on admet que les abréviations en -o soient d'abord invariables pour faciliter leur compréhension, elles suivent rapidement la loi du pluriel : ils sont rétros, des jardiniers pros, des restos. On lit donc de plus en plus souvent des couleurs fluos. Par ailleurs, j'aurais préféré lire " ces chemins, efficaces pare-feux".
 Pour terminer, une curieuse façon de régler l'incertitude de l'accord : "un quart des dons sollicités par l'organisation avait été réunis".

mardi 21 juillet 2015

Le Dictho Q est terminé.

 Je viens de terminer la lettre Q du Dictho. Pour bénéficier des mises à jour quotidiennes, vous pouvez l'utiliser à cette adresse : https://sites.google.com/site/ledictho/
Je conseille aussi de le télécharger en html ou pdf à cette adresse : https://sites.google.com/site/lesarchivesdudictho/

vendredi 17 juillet 2015

Le Dictho P est terminé

 Je viens de terminer la lettre P du Dictho. Pour bénéficier des mises à jour quotidiennes, vous pouvez l'utiliser à cette adresse : https://sites.google.com/site/ledictho/
Je conseille aussi de le télécharger en html ou pdf à cette adresse : https://sites.google.com/site/lesarchivesdudictho/

jeudi 16 juillet 2015

La diaphanéité du Dictho



 Il fallait que ce fût fait même si la décision n'a pas été facile : une analyse précise de l'évolution de la langue, l'orthographe, la conjugaison et la grammaire d'aujourd'hui, suivie d'une description concrète de l'école primaire et de ses incertitudes ainsi que de précisions sur la démarche du Dictho, un dictionnaire sans équivalent.
 La diaphanéité du Dictho

vendredi 19 juin 2015

Le masculin ne l'emporte plus sur le féminin.

 Depuis quelques années, les féminins mélioratifs nous surprennent : une inspecteure ou une directeure seraient-elles mieux considérées qu'une inspectrice ou une directrice ? C'est la seule avancée, si l'on peut dire, concernant le fossé lexical entre les femmes et les hommes.
 Les déclarations pontifiantes sur la féminisation des noms de métiers ne peuvent occulter le fait que ce n'est ni aux éminents spécialistes ni aux dictionnaires d'en décider mais à la société. Pour le féminin des noms en particulier, le pragmatisme de l'Office québécois de la langue française donne à l'Académie française une apparence figée.
 Rien n'a changé depuis que les noms d'animaux ont été affublés du genre masculin ou féminin selon leur comportement ou leur apparence. Le masculin domine dans tous les domaines lexicaux. Un photocopieur devient une photocopieuse s'il est en panne.
 J'ai décidé de modifier ce vestige antédiluvien dans le Dictho, le dictionnaire qui aide à trouver les mots, en mettant en avant le féminin. Pourquoi ?
La première évidence est qu'il est généralement bien plus facile de trouver le masculin à partir du féminin que l'inverse. La deuxième raison est que ce n'est pas à un dictionnaire de limiter l'usage du féminin, notamment pour les métiers.  Si cette forme a été employée, le Dictho l'indique. Rappelons aussi que les dictionnaires classiques obligent souvent à faire une recherche mot par mot pour trouver leur genre grammatical.
Et pour les accords ?
 "Le masculin l'emporte sur le féminin." On peut tenter de contourner cette règle scélérate la question en utilisant des noms épicènes comme l'a récemment recommandé l'Office québécois de la langue française : http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/PDF/avis_goq_feminisation_2015.pdf
 Dans le Dictho (qui ne ne contient ni abréviation ni désignation grammaticale), vous trouverez dorénavant "elle ou il est intéressant(e)", et le féminin indiqué avant le masculin.
 Pour finir de tordre le cou à cette règle imbécile, je vous suggère d'écrire : Les femmes et les hommes sont égales et égaux."  L'usage fera le reste.

mercredi 27 mai 2015

dimanche 10 mai 2015

Les mots dits de Jacques Lafontaine

 Les mots dits est un blogue du Journal de Montréal. Jacques Lafontaine explique, suggère, répond avec concision, chaleur et efficacité. De plus, cela permet d'apprécier la vitalité de la francophonie.

jeudi 7 mai 2015

L'Académie française a corrigé une de ses fautes.

 "Au plus vite" signifie donc "en un mois" pour l'Académie française qui a corrigé la faute d'accord (une "coquille") dans les mentions légales. Sans me citer comme d'habitude puisque je suis virtuellement transparent. Pourquoi s'intéresser à quelqu'un qui n'a aucune relation puisque l'internet est conçu pour engloutir tout ce qui dérange, notamment une conception non élitiste ou commerciale du dictionnaire ?
 Reste le principal problème : les fautes qui perdurent dans le dictionnaire de ladite Académie. Ce dictionnaire étant numérisé, pourquoi n'est-il pas possible de rectifier neufs ou phratrie pour ne citer que ces exemples ? Ajoutons que l'usage de ce remarquable outil est complexifié par la disparition des ligatures (coeur, soeur, oesophage,...).
 Une rubrique de suggestions à propos de ce dictionnaire serait donc fort utile.

mercredi 29 avril 2015

Pour utiliser plus facilement le Dictho

 Deux changements récents facilitent la navigation dans le Dictho : les pages sont plus nombreuses donc moins longues et l'index est affiché au bas de chacune :
A - AC - AD - AE - AF - AG - AH - AL - AM - AN - AO - AR - AS - AT - AU - AV - B - BAL - BAS - BE - BI - BIO - BL - BO - BOT - BR - BRE - BRI - BRO - BRU - BU - C - CAI - CAM - CAP - CAS - CE - CEP - CH - CHAR - CHE - CHI - CHO - CI - CIN - CL - CLE - CLI - CO - COL - COM - CON - CONJ - COO - COR - COT - CR - CRE - CRI - CRO - CRU - CU - CUL - CY - D - DE - DEG - DEM - DER - DES - DET - DI - DIG - DIS - DJ - DR - DU - E - ED - EL - EM - EN - ENS - EO - EQ - ET - EU - F - FE - FI - FL - FO - FR - FU - G - GE - GI - GL - GO - GR - GU - H - HE - HI - HO - HU - HY - I - IM - IN - INE - INH - INT - IO - J - JE - JO - JU - K - KO - L - LAM - LE - LI - LIM - LO - LU - LY - M - MAL - MAR - MAS - ME - MEL - MES - MET - MI - MIN - MO - MON - MOQ - MOU - MU - MY - N - NE - NI - NO - NU - O - OF - ON - OR - OS - P - PAL - PAM - PAO - PAR - PARB - PART - PAS - PAT - PAU - PE - PEL - PER - PERL - PES - PF - PHE - PHO - PHR - PHY - PI - PIE - PIF - PIP - PL - PLAN - PLAS - PLE - PLI - PLU - PO - POL - POLY - POM - POP - POS - POST - POT - PR - PRE - PREM - PRES - PRI - PRO - PROL - PROS - PRU - PS - PU - PY - Q - QUE - QUI - R - RAI - RAN - RE - RED - REG - REL - REO - RES - RH - RI - RO - ROS - RU - S - SAL - SAP - SAU - SB - SE - SEL - SEN - SF - SI - SJ - SO - SON - SP - SQ - ST - SU - SUR - SY - T - TAM - TE - TEO - TH - TI - TO - TOP - TR - TRE - TRI - TRO - TRU - TU - U - UM - UR - V - VE - VER - VI - VIF - VO - VR - W - X - Y - Z


 (Photo)

jeudi 23 avril 2015

Recherche dictionnaires spécialisés

Je viens d'ajouter dans les sites remarquables les dictionnaires de l'Académie nationale de Pharmacie et de celle de Médecine. En connaissez-vous d'autres qui sont en ligne ?

mercredi 22 avril 2015

À la fortune du mot

 Un blog intéressant et ouvert sur de nombreux aspects de la langue française mais davantage destiné à ceux qui souhaitent la scléroser : http://alafortunedumot.blogs.lavoixdunord.fr/

samedi 18 avril 2015

Problème avec Orange (suite)

 Bonjour,
 J'avais téléchargé ces exercices, mais je ne peux plus accéder à la page pour vérifier les réponses.
 Dans la page de Règles d'orthographe, le lien au coin supérieur à la gauche (Gaétan Solo vous propose des ressources expérimentées pour toutes les matières) ne marche pas.
 J'ai  vu sur le site que vous avez des problèmes avec Orange, et c'est pour ça que je vous indique ce type de problème.
 Merci !
 Tiago

 Merci pour votre message. En effet Orange ayant supprimé le site Gaétan Solo au bout de 10 ans d'existence, toutes les adresses en pagespro ou pagesperso (il y en a des centaines) ne sont plus valables. J'ai rectifié le lien que vous avez indiqué.
 Vous retrouverez les livrets en version pdf à cette adresse : https://sites.google.com/site/reglesdorthographe/livres-a-imprimer
 Il n'y pas de piège pour les réponses mais si vous avez une hésitation, recontactez-moi.
 Cordialement.
 Gilles COLIN

mardi 7 avril 2015

L’Académie française ne peut en aucun cas être tenue pour responsable...

 J'ai utilisé le formulaire de contact pour signaler une faute d'accord sur le site de l'Académie française, dans les mentions légales. Certes, le weekend de Pâques n'était pas propice à une réponse rapide ou même une rectification.
 Aujourd'hui (mardi), je pense que quelqu'un a repris le travail dans cette institution et pourrait corriger cette faute d'inattention comme on disait...
 Réponse parvenue ce mercredi :

Monsieur,
Il y a une coquille. Il faut en effet ajouter un e à tenu. Nous vous remercions de nous avoir signalé cette erreur que nous demanderons aux responsables de corriger au plus vite.
Bien cordialement,

L. D.
Service du Dictionnaire
_
 Vendredi : La correction"au plus vite"se fait attendre.

lundi 16 mars 2015

Le dictho D a été modifié

 Je viens d'améliorer la présentation du Dictho D. Cependant il ne m'est pas possible de compléter la liste des mots. Je vous invite donc à utiliser aussi :
_ le site du CNRTL  : http://www.cnrtl.fr/portailindex/LEXI/TLFI/D
_ le dictionnaire du CIRAD : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/liste-mots.php?dictionnaire=&langue=fr&mot=d
_ le dico médical : http://www.hopital.fr/liste_dico/liste/D

jeudi 5 mars 2015